firewood-82945_1280

Retombées économiques de l’industrie forestière

La récente étude sur l’impact économique de l’industrie du bois du Québec « De la forêt à la production de produits de bois transformés », réalisée par PricewaterhouseCoopers, démontre à quel point le secteur forestier fait partie intégrante de l’économie de la province. Le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) en a extrait les faits saillants pour nous donner un portrait global de la situation. Une industrie qui rapporte à l’État Les gouvernements ont récolté 4,8 milliards de dollars en revenus fiscaux et parafiscaux (impôts sur le revenu et taxes sur les produits) pour les bois récoltés et transformés au Québec. Sur un total de 30,9 millions de mètres cubes de bois, cela correspond à un retour de 155 $ le mètre cube en moyenne. Une industrie qui génère un bon revenu d’emploi Le revenu moyen d’emploi généré par l’industrie forestière atteint 66 500 dollars par année, tous secteurs confondus, incluant les …

Read More
champignon

Le monde fascinant des champignons

La région de l’Outaouais regorge de champignons. La situation géographique, la présence de cours d’eau et les grandes étendues de forêts mixtes favorisent la prolifération du petit organisme, qui se décline sous une multitude de formes et de couleurs. Il peut être comestible ou toxique, et même invisible à l’œil nu, comme quoi sa présence nous échappe parfois complètement. Convoités par les mycologues, les gourmets, les scientifiques ou les plus contemplatifs, les champignons recèlent des secrets bien à eux. Ils font partie d’un écosystème complexe et sont constamment en interaction avec leur environnement. Pas tout à fait végétaux, pas tout à fait animaux, ils gardent leur part de mystère : souvent éphémères, il faut parfois se lever très tôt pour les apercevoir. L’Outaouais n’a rien à envier au reste du Québec ; on y répertorie plus de 2 000 espèces visibles à l’œil nu, alors que la province en dénombre un …

Read More
métier forêt

La redéfinition des métiers de la forêt

Avec l’évolution fulgurante de la technologie, plusieurs secteurs jadis traditionnels s’automatisent de plus en plus, et requièrent d’autres formes de connaissances. C’est le cas des métiers de la forêt, un secteur clé au Québec, particulièrement en Outaouais. Selon l’association forestière du sud du Québec (AFSQ) : « le secteur économique forestier québécois emploie plus de 60 000 […], et le gouvernement du Québec estime que 15 000 emplois seront à pourvoir d’ici 2023. » À la découverte de quelques métiers d’avenir forestier Le producteur acéricole Formation : DEP en production acéricole En occupant ce poste, il vous revient la tâche d’assurer l’aménagement d’une érablière, l’entaillage des arbres, ainsi que la transformation d’eau d’érable en produit fini c’est-à-dire le sirop d’érable. Technicien forestier Formation : DEP en aménagement de la forêt En tant que technicien forestier, vous ne vous plaindrez pas de la routine. Vous exécuterez plusieurs tâches en rapport avec la réalisation et la vérification des travaux forestiers …

Read More
chasse finale

La chasse au Québec : se protéger et protéger la biodiversité

Jadis, la chasse fut l’une des activités indispensables à notre survie sur Terre. Avec la sédentarisation, elle devenue de plus en plus une activité sportive, suscitant très souvent des polémiques sur le plan de la protection des animaux, mais aussi celle de la biodiversité. Quels sont les impacts de la chasse sur la biodiversité ? Au Québec, la chasse est autorisée un peu partout, selon des zones et des périodes bien déterminées ; donc elle est soumise à des règlements du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Cette réglementation permet de mieux encadrer l’activité et d’assurer la protection de la biodiversité. Toutefois, le changement climatique engendre des conséquences néfastes dans la survie des animaux et de la biodiversité. Cela dit, la chasse telle qu’elle est encadrée au Québec, ne constitue pas une menace sur la biodiversité, mais participe plutôt à maintenir son équilibre, c’est-à-dire le cycle de la vie …

Read More
Kevin Barnes

L’électromécanique, un des incontournables métiers d’avenir chez Glatfelter 

Glatfelter, le nom vous est certainement familier ! Depuis son établissement à Gatineau en 2010, la compagnie connait une croissance de plus en plus fulgurante grâce à sa bonne gestion, et l’implication de passionnés employés. Leader mondial dans le domaine du papier, Glatfelter nous a permis d’aller à la rencontre de Kevin Barnes qui occupe le poste d’électromécanicien à l’usine. Jeune et rigoureux, Kevin est un passionné de l’électromécanique. Après avoir terminé ses études professionnelles dans un programme de 1 800 heures, il s’est mis à la recherche d’un emploi pour mettre en œuvre ses compétences. C’est ainsi qu’il a fini à décrocher son emploi de rêve à Glatfelter en 2017, après quelques années tumultueuses professionnellement. Le rôle d’un électromécanicien chez Glatfelter Dans une industrie automatisée, les machines occupent une place centrale. De ce fait, comme le soutient Kevin : « À chaque ouvrage, mon travail est de faire en sorte que la …

Read More
mini maison

Les mini-maisons, une tendance au Québec

Avez-vous déjà songé d’habiter dans une mini-maison ? Quelles que soient les raisons qui justifient votre réticence, laissez-nous vous édifier un peu sur la réalité de ces mini-maisons. Qu’est-ce qu’une mini-maison ? Tout comme son nom l’indique, c’est des maisons communément appelées « tiny house », pouvant mesurer entre 300 à 600 pc. Construites très souvent sur une plateforme du genre remorque ou sur du pilotis, blocs ou pieux, les mini-maisons deviennent de plus en plus prisées particulièrement au Québec. Les avantages et inconvénients d’une mini-maison Certes, comme tous investissements, il est primordial de cerner les avantages et les inconvénients avant de s’engager. En ce qui concerne les mini-maisons, les avantages sont multiples dans le contexte actuel au Québec, car elles sont : Abordables et facile à entretenir En effet, les prix d’une construction varient entre 50 000 $ à 90 000 $, selon le choix des matériaux, des installations et de l’équipement utilisés. En plus, elles nécessitent moins de …

Read More
alexis

À la découverte des métiers chez Glatfelter 

« En évoluant chez Glatfelter, j’ai découvert ma passion dans le métier de pompiers, après avoir reçu une formation pour faire partie dans la brigade des pompiers de l’usine. Sachez que vous avez beaucoup d’opportunités devant vous, à vous de les saisir. » – Alexis Prosic, employé de l’usine Glatfelter Glatfelter, une entreprise de renom, avec plus de 2 600 employés et plusieurs clients dans plus de cent pays, est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de matériaux d’ingénierie. Établie à Gatineau depuis 2010, l’entreprise s’est imposée comme le leader mondial dans le papier absorbant. En tant que membre de Collectif Bois, regroupement des entreprises de la 1re, 2e et 3e transformation du bois de la région de l’Outaouais, nous sommes allés à la rencontre de M. Alexis Prosic, membre du personnel de l’usine Glatfelter à Gatineau, afin de mieux comprendre leur environnement et la clé de leur succès dans la région. De la France à Gatineau …

Read More
JETHIER

Signature Bois Laurentides et Collectif Bois : une collaboration au profit des entreprises forestières et de la transformation du bois

Le secteur du bois est un élément clé dans l’économie du Canada, particulièrement dans la belle province de Québec. Pour mieux faire rayonner les acteurs du secteur bois, deux associations à savoir Signature Bois Laurentides et Collectif Bois en Outaouais, ont joint leurs forces à travers une collaboration. Pour Charles Blais, directeur de Collectif Bois, « Signature Bois Laurentides et Collectif Bois allient leurs forces afin que nos entreprises membres bénéficient de plusieurs opportunités et contacts. Avec une même vision et certains enjeux communs, nous travaillons en concertation pour promouvoir les programmes de recherche, de financement et de subvention, ainsi qu’à soutenir l’émergence de projets collaboratifs. » À propos de Signature Bois Laurentides Signature Bois Laurentides (SBL) est un organisme à but non lucratif créé en 2008 qui regroupe des entreprises sylvicoles, de la 1re, 2e et 3e transformation du bois. SBL est constitué en tant que créneau d’excellence dans le cadre de …

Read More
feu

Comment choisir et entreposer son bois de chauffage?

À l’aube de la saison hivernale, les Québécois se préparent à faire face à des baisses de température qui nécessitent des systèmes de chauffage adéquats. Pour ce faire, bien que l’utilisation du chauffage électrique soit plus populaire pour 78 % des Québécois, le bois est tout de même privilégié par plusieurs pour diverses raisons dont son caractère économique. Toutefois, certaines mesures sont à considérer lorsqu’il s’agit de faire le choix du bois de chauffage et de son système d’entreposage. Comment choisir son bois de chauffage ? Bien que nous ne soyons pas experts dans tous les domaines, la connaissance de certains aspects pourrait-être bénéfique pour faire un choix éclairé durant l’achat. Connaitre le type de foyer à notre possession et les caractéristiques recommandées pour ne pas l’endommager. Sélectionner les essences de bois Privilégier les bois durs et denses comme l’érable et le chêne qui ont une bonne valeur calorifique. Ils produisent des …

Read More
DCIM101MEDIADJI_0255.JPG

Cuisi-n-art : la haute technologie pour pallier la pénurie de main d’oeuvre

Collectif Bois organise une démarche Industrie 4.0 pour les entreprises de la transformation du bois de l’Outaouais. Le concept “Industrie 4.0” désigne le recours aux technologies numériques pour rendre les activités de fabrication plus agiles, plus souples et mieux adaptées aux besoins des clients. Les avantages de l’introduction des technologies numériques sont nombreux: une amélioration de la productivité, une réduction des coûts d’exploitation, une amélioration de la qualité globale des produits, une meilleure capacité d’innovation et une solution à la pénurie de main-d’oeuvre. L’un de nos membres, Cuisi-n-art, fait un virage 4.0 dans la construction de sa nouvelle usine. Caroline Fortier, directrice adjointe responsable de la supervision des opérations entre tous les départements, explique que grâce à ces changements leur production va plus que doubler. « Nous avons investi dans des machines pour augmenter la production, sans augmenter la présence d’employés. Nous prévoyons acheter de petits robots avec l’intelligence artificielle, ce qui peut …

Read More