forest-1072828_1280

Un jardin de ressources renouvelables

L’Outaouais forestier, une série d’articles qui vous est présentée dans le cadre du Mois de l’arbre et des forêts

Depuis l’époque de nos parents ou de nos grands-parents jusqu’à aujourd’hui, le visage du Québec a beaucoup changé. Un nouveau quartier par ici, une nouvelle ville par là. Le Québec urbain prend toujours un peu plus de place. Cet étalement change notre perception de notre province et il peut être facile, particulièrement dans la grande région montréalaise, d’avoir l’impression que les forêts disparaissent à vitesse grand V.

Mais est-ce vraiment le cas?

On assiste à de la déforestation lorsqu’on change la vocation d’un territoire forestier notamment à des fins d’urbanisation et d’agriculture.

À l’inverse, la production et la récolte de bois sur un territoire dont la vocation forestière sera maintenue dans le temps permet de freiner la déforestation.

jardin

Qui plus est, la sylviculture des forêts feuillues et mixtes de l’Outaouais, à l’aide des coupes jardinatoires, permet également de maintenir en tout temps un couvert forestier étagé.

Comment fonctionne la coupe jardinatoire?

D’abord, tel un docteur avec son patient, les professionnels forestiers se déplacent en forêt et auscultent le peuplement concerné afin d’établir le traitement à réaliser.

traitement

Suivent les marteleurs qui vont sillonner le peuplement afin de marquer les arbres à récolter et ce, selon ce qui a été prescrit par les professionnels forestiers. Ce sont les arbres avec des malformations ou des maladies ainsi que ceux qui sont d’un âge très avancé qui sont les premiers ciblés.

Vient ensuite la récolte des arbres marqués. Cette récolte se fait avec soin et attention de manière à réduire au strict minimum les blessures aux tiges d’avenir laissées sur pied.

coupe tracteur

Une fois la récolte complétée, les professionnels forestiers reviennent dans le peuplement traité afin de vérifier la conformité et la qualité des travaux réalisés en regard de ce qui avait été prescrit.

La coupe jardinatoire est bénéfique pour la faune et la flore car elle maintient un couvert forestier étagé. Pour la population, ce type de récolte est apprécié car il ne perturbe pas le paysage.

Sur l’ensemble d’un territoire, on ne récolte qu’une partie des arbres (entre 30% et 35% des tiges commerciales). La récolte des arbres se fait périodiquement à tous les 25-35 ans. Cela permet au peuplement de régénérer ses stocks ligneux d’une récolte à l’autre.

L’objectif est de toujours maintenir une forêt en place, incluant sa diversité de faune et de flore.

Bref, les coupes jardinatoires, c’est faire du « cherry picking » forestier en laissant grandir les arbres qui n’ont pas encore atteints leur plein potentiel.

En plus, ces pratiques forestières s’appuient sur les connaissances de nos écosystèmes forestiers notamment celles développées par les experts de l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT).

Une gestion durable des écosystèmes forestiers

La coupe jardinatoire est donc une méthode intelligente et durable d’utiliser la ressource ligneuse disponible dans nos forêts tout en assurant la pérennité des écosystèmes forestiers de notre région.

Faits saillants sur la récolte de bois en Outaouais :

  • Depuis 20 ans, on récolte à peine 40% de la possibilité forestière annuellement
  • Chaque année, la récolte de bois s’effectue sur moins de 1% du territoire forestier
  • On mise grandement sur la régénération naturelle et c’est à peine 3% des superficies de récolte qui nécessitent un effort de reboisement

L’aménagement des forêts au Québec se fait de manière responsable et durable, et c’est tant mieux ainsi!

Intéressé à en savoir davantage sur la récolte des bois, allez à La redéfinition des métiers de la forêt