Panorama,Of,A,Scenic,Forest,Of,Fresh,Green,Deciduous,Trees

Cinq questions pour comprendre la certification forestière au Québec

Bien plus qu’un avantage concurrentiel pour les entreprises forestières, la certification de l’aménagement forestier est un élément clé de la mise en œuvre de meilleures pratiques en matière de développement durable des forêts. Du consommateur ordinaire, au groupe de protection de la nature en passant par les industriels des secteurs public et privé, tout le monde gagne à en apprendre davantage sur le sujet. Regard sur cinq questions d’intérêt pour mieux comprendre la certification forestière au Québec.

Qu’est-ce que la certification?

Concrètement, la certification forestière constitue un processus par lequel un organisme d’enregistrement, accrédité et indépendant (ou « certificateur »), évalue les pratiques de gestion et d’exploitation forestières d’un requérant en fonction de normes préétablies d’aménagement durable. Appliquée aux pratiques, au territoire ou aux produits, la certification forestière vise, en d’autres termes, le maintien et l’amélioration de la qualité des écosystèmes forestiers, afin de protéger les avantages environnementaux, économiques et sociaux qu’ils recèlent. 

La certification est-elle essentielle?

Le Québec dispose déjà d’un régime forestier qui assure un aménagement durable des forêts et qui se fonde sur les plus hauts standards en la matière. La certification forestière ne remplace pas cette réglementation, ni les politiques de l’État en vigueur, mais elle a tout de même sa place sur la scène forestière québécoise. 

La certification de l’aménagement forestier est une reconnaissance supplémentaire : un  complément aux lois et règlements exhaustifs qui régissent la gestion des forêts. Toutefois même si elle n’est pas obligatoire, la certification forestière demeure une décision d’affaires que nombreuses compagnies prennent pour démontrer leur engagement aux principes d’aménagement durable des forêts et pour développer leurs marchés et satisfaire les clients qui l’exigent.

Quels sont les avantages?

La certification forestière et l’étiquetage associé donnent une garantie objective et  supplémentaire qu’une entreprise forestière fonctionne dans la légalité, de façon durable et en conformité avec les normes mondialement reconnues. Pour les entreprises forestières ou celles qui n’achètent que des produits certifiés, elle permet de prouver qu’elles gèrent la ressource de façon responsable. C’est donc dire que la certification peut aider à rehausser l’image publique des entreprises. De plus, la certification permet d’orienter les consommateurs dans leurs décisions d’achat et aide le public à mesurer l’amélioration des pratiques forestières dans le monde entier.

Combien de systèmes de certification des forêts existent?

Au Québec, trois certifications spécifiques aux activités forestières reconnues internationalement sont en usage et administrées par des organismes indépendants :  l’Association canadienne de normalisation  (CSA), le Forest Stewardship Council  (FSC) et la Sustainable Forestry Initiative (SFI).  

Chacun de ces systèmes de certification a des particularités, mais tous abordent les grands enjeux sociaux, économiques et environnementaux actuels ayant trait au développement durable notamment : 

  • le maintien des habitats fauniques et de la diversité biologique;
  • le maintien des sols, des zones riveraines et des ressources hydriques;
  • le maintien de niveaux de récolte soutenus et de régénération des superficies récoltées;
  • la protection des territoires forestiers de la déforestation et de la conversion à d’autres usages;
  • les droits et la participation des Autochtones.

Pour chacun de ces aspects, les normes de certification visent des seuils élevés de performance à atteindre. Si Québec laisse aux entreprises le libre choix du (ou des) système(s) de certification parmi ceux qu’il reconnaît sur son territoire, les industriels, eux, s’engagent à démontrer leur pleine conformité avec les normes rigoureuses et à adapter sérieusement leurs pratiques en fonction de ces hauts standards. 

Quel est le portrait de la certification au Québec?

À ce jour, c’est plus de 90% du territoire forestier québécois qui est certifié selon une norme reconnue internationalement. Plus du quart de cette superficie possède à la fois la certification du SFI et du FSC. À l’échelle du Canada, c’est plus de 75% des terres forestières aménagées qui sont certifiées. Cela fait du Canada et de la province québécoise des chefs de file au chapitre de l’aménagement forestier durable.

Sources : 

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Conseil de l’industrie forestière du Québec

Ressources naturelles Canada

En lire plus : 

Sur l’aménagement durable forestier