Travail en usine : « ce n’est pas routinier et c’est un défi quotidien »

Près de 290 000 Canadiens travaillent directement ou indirectement dans le secteur forestier et un million de Canadiens travaillent dans le domaine de la construction. L’usine de Produits Kruger compte 5 000 employés et œuvre dans 10 secteurs d’activités. Sa mission est de transformer des ressources renouvelables en produits essentiels du quotidien qui sont durables et de première qualité, notamment des produits de papier à usages domestique et industriel, du cartonnage et des produits d’emballage, des papiers pour publications, des papiers de spécialité, ainsi que des vins et spiritueux.

À Gatineau, l’entreprise familiale privée compte 425 syndiqués. Mathieu Sabourin est opérateur aux fibres secondaires depuis plus de dix ans. Il œuvre au niveau de la pâte : « Mon rôle est de faire respecter les caractéristiques de qualité, de voir ce qui n’est pas conforme dans la pâte. Nous achetons la pâte déjà transformée dans une autre usine de Windsor, du Saguenay ou du Brésil. Nous suivons la recette de ballot, dépendamment du papier qu’on veut fabriquer. La recette change selon le type de produits, selon les standards désirés de douceur ou de bouffant. Pour avoir la recette voulue, on envoie le ballot dans un triturateur (un genre de malaxeur à gâteau). Gatineau a trois machines qui fabriquent différents types de papiers, essentiellement facial (papiers toilette, mouchoir, essuie-tout et serviette de table). Une cuvée prend 10 minutes à triturer, ça roule à 3 000 pieds par minute. Dans notre équipe, nous sommes 20 personnes en rotation de 12 heures pour 4 postes différents. On roule 24/7, 365 jours par année. »

Le processus complet, de la transformation de l’arbre au ballot jusqu’au produit fini sur la tablette, prend environ 2-3 jours.

M. Sabourin est passionné de son travail, on le sent : « Ce n’est pas routinier et très manuel. C’est un défi quotidien, car je suis toujours en train de régler des problèmes. Pourquoi le stock ne se rend pas, pourquoi les feuilles ne sont pas correctes, pourquoi l’air ne fait pas travailler la valve… je suis toujours en train de régler les bris. »

En lire plus : http://www.collectifbois.ca/le-bois-lamelle-croise-batir-toujours-plus-haut/