« Nous offrons de bons salaires, un bon produit, avec une bonne performance. » – Chloé Laroche, conseillère ressources humaines à Papier Masson

L’usine Papier Masson à Gatineau a ouvert ses portes en 1930 et compte maintenant 160 employés. L’une d’entre elles est Chloé Laroche, conseillère en ressources humaines et en formation. Portrait d’une travailleuse dynamique et dévouée.

Collectif Bois : Parlez-moi de votre travail au quotidien.

Chloé Laroche : Il n’y a pas de routine! Il a toujours des imprévus, par exemple les horaires changeants. Mon travail est axé sur le recrutement et les collaborations avec le syndicat. Nous avons une très bonne collaboration : nous avons une paix industrielle jusqu’en 2026, donc sans possibilité de grève ou lock out. Chaque jour, j’essaie de donner le plus de moi-même.

CB : Quels sont les défis en 2020?

CL : Le défi #1 est de combler les 11 nouveaux emplois créés avec l’implantation du nouveau procédé thermo-mécanique. Comme il y a une rareté de main d’œuvre, le défi est de taille. Il faut mettre de l’avant les bons salaires et les avantages sociaux.

CB : Qu’est-ce qui distingue l’usine Papier Masson des autres?

CL : Papiers White Birch a un avenir. Nous offrons un bon produit, de bonne qualité, avec une bonne performance. On se dirige vers une autre filière, le projet des bio-produits, pour assurer la pérennité et se démarquer. Les jeunes ont de plus en plus la conscience environnementale, donc ce nouveau produit va les attirer. Il suffit de faire la promotion de l’usine et de ce nouveau département. Et cela passe par améliorer notre marque employeur, prendre des photos de l’usine à jour ainsi que des employés. Nous aimerions être présent sur les médias sociaux, notamment Facebook. L’usine est à la fine pointe de la technologie et le voir en photo est assez impressionnant.

En lire plus sur le quotidien des travailleurs en usine : www.collectifbois.ca/travail-en-usine-ce-nest-pas-routinier-et-cest-un-defi-quotidien/